Herbert: "Un vieux couple"

La rédaction

Pierre-Hugues Herbert et Nicolas Mahut, vainqueurs du double à Roland-Garros samedi (6-2, 7-6 face à Oliver Marach et Mate Pavic), avaient été brutalement séparés en finale de Coupe Davis il y a six mois, lors de la victoire de la France contre la Belgique (3-2). Leur aventure a brillamment survécu à cette épreuve.

roland-garros-home
Roger-Federer

Lire aussi

Federer à Roland en 2019 ?

Federer à Roland en 2019 ?

Pierre-Hugues, Nicolas, on imagine que Roland-Garros est complètement différent des autres tournois du Grand Chelem lorsqu’on est un joueur français. Pouvez-vous comparer tout de même avec vos autres victoires ?
Pierre-Hugues Herbert: Le premier, c’est toujours spécial. Mais là, c’est presque pareil car on est à la maison. Roland-Garros, quand on est gamin en France, c’est ce qu’on veut gagner. On le voit plutôt par le simple à la télévision, mais le remporter en double, c’est tout aussi fort. Gagner à la maison, il n’y a pas mieux comme sensation. On est un vieux couple (sourire), mais on a eu la boule au ventre tout le match, on n’avait pas envie de passer à côté. On est hyper fiers, il y avait beaucoup de spectateurs. Nous avons le record officiel de 110 invités !
Nicolas Mahut: Quand je gagne l’US Open, ça fait 15 ans que je cherchais ça, après mes deux défaites à Roland-Garros et Melbourne… Après, c’était vraiment un rêve pour moi de remporter Wimbledon, c’était très fort. Là c’est différent, mais ça ressemble un peu. Il y a la famille, le public français, ce que Roland-Garros représente. C’est difficile de comparer. La bonne nouvelle, c’est que Michaël Llodra ne me chambrera plus, il n’est plus le seul à trois victoires en tournoi du Grand Chelem (sourire).

Nicolas, est-ce que vous avez séché les larmes de 2013 et on n’en parle plus ?
Mahut: Je pensais que c’était ma seule chance de gagner Roland-Garros, et là, cinq ans après, je vous revois avec le sourire. Il y a une vraie différence entre perdre et gagner une finale (sourire). Mais pour essayer d’expliquer, c’est déjà trop tard. C’est une émotion difficile à raconter, presque indescriptible. C’est le bonheur à l’état pur, on le ressent et on le vit, après il s’échappe. Après la balle de match, c’est juste exceptionnel. Vous me demandiez avant le tournoi s’il y avait eu des moments difficiles, oui ça a été compliqué fin 2017 et début 2018. Mais on est proches, donc on a surmonté ça.

Il y a votre fils qui descend des tribunes, cette Marseillaise
Mahut: Depuis deux jours, il me demandait comment il faisait pour descendre sur le court central (rires). Il m’avait dit qu’il ne descendrait pas si je perdais ! Je savais qu’il trouverait un moyen, je ne sais pas s’il est repassé par le vestiaire ou l’entrée des joueurs… C’est bien d’avoir gagné, sinon il pleure. Je ne ramène pas le petit trophée (sourire). C’est très spécial pour un père. Ces deux ou trois minutes après la victoire, où on partage... Je suis comblé. Il n’y a rien de mieux.

"Là, c'est une histoire entre lui et moi"

Pierre-Hugues, est-ce plus fort que la Coupe Davis ?
Mahut: Je ne pensais pas qu’on parlerait de ça (rires).
Herbert: "Nico" a quand même gagné la Coupe Davis, il pourrait très bien répondre aussi. C’est différent. Là, c’est une histoire entre lui et moi. En Coupe Davis, la pression était très, très forte. C’était plus un vrai soulagement, alors que là ce n’est que du plaisir.

Il ne vous manque plus que l’Australie… C’est forcément un objectif, allez-vous faire des efforts différents pour ça ?
Mahut: On va d’abord savourer. Plus je vieillis, plus j’ai envie de savourer.
Herbert: C’est vrai que normalement, dans les cinq minutes, tu m’aurais parlé du Queen’s. Là je te félicite, tu n’as encore rien dit, en effet tu savoures. Mais dimanche matin, j’aurai un message.
Mahut: Je vais laisser deux ou trois jours.
Herbert: On a encore 10 ans ensemble, pas de souci (sourire). On veut gagner un maximum de tournois du Grand Chelem et de Coupes Davis… Un deuxième Wimbledon ou US Open cette année, ça ne me dérangerait pas. L’Australie ce serait génial, c’est le seul qui manque, oui. Mais on prend n’importe lequel, sans se mettre forcément de pression supplémentaire. Roland-Garros était plus une quête, on est très heureux de le cocher dans notre agenda.

Pouvez-vous nous parler de ces moments difficiles entre vous ? Il y a eu des dommages collatéraux…
Herbert: Moi, je n’ai pas ressenti de choses très difficiles. La situation a forcément été dure à gérer, mais ça s’est plutôt très bien passé. Autour de nous, ça parlait beaucoup, ça remet un peu en question… Mais pour moi, rien n’a changé. En Coupe Davis, on est là pour l’équipe, à disposition du capitaine qui prend les décisions. Ça a été très, très dur pour nous, ça ne s’effacera jamais. Mais il n’a pas été jaloux, comme je ne l’aurais pas été non plus si j’avais été sur le banc. Le plus difficile, ça a été vous, les gens autour.
Mahut: Malgré tout, on était une équipe dans l’équipe. Et elle a été mise à mal, forcément. D’abord on devait jouer ensemble, puis c’était moi avec Julien Benneteau… Vous connaissez tous l’histoire presque aussi bien que nous. Mais on s’aime, et on s’est parlés. La première sélection en Coupe Davis, cette année, n’a pas été facile non plus. Mais on a repassé du temps. Il y a eu des rumeurs de partenaires différents, mais ça ne nous a jamais traversé l’esprit. On est contents de montrer sur le terrain qu’on est très forts, en amitié aussi. C’est ce qui nous permet de retrouver le succès.
Herbert: "Nico" a morflé, mais on s’est reconstruit et on en sort grandis. En partant à six sur cette finale de Coupe Davis, on savait qu’il y en a deux qui morfleraient quoi qu’il arrive, qu’il y en a seulement quatre qui allaient jouer. Et que pour les deux sur le banc, ce serait difficile. Ça fait partie du deal. Au Masters, on sait qu’on a notre place assurée si on a assez de points. Là, il y a un capitaine en qui on a confiance et qui prend des décisions.

Lire aussi

2018-06/1528661281_nadal-orange

Nadal: "J'ai eu des moments difficiles"

Même s'il s'impose pour la onzième fois de sa carrière à Roland-Garros, un record, le plaisir reste le même pour Rafael Nadal. Qui ne se fait pas une montagne des statistiques qu'il défie à chaque match.

Nadal: "Le plaisir, c’est juste de gagner ici"
Serena-Williams

Bientôt un dress code à Roland-Garros ?

La combinaison noire de Serena Williams, Bernard Giudicelli ne veut plus la voir sur la terre battue parisienne. Le président de la fédération française de tennis souhaiterait contrôler les tenues des...

Bientôt un dress code à Roland-Garros ?
Rafael-Nadal

Nadal: "Je n'arrivais pas à bouger ma main"

Rafael Nadal est revenu, après sa victoire à Roland-Garros, sur cette soudaine crampe à la main gauche apparue en plein milieu du troisième set de la finale contre Dominic Thiem (6-4, 6-3, 6-2). "J'ai...

Nadal: "Je n'arrivais pas à bouger ma main"
Dominic-Thiem

Thiem: "Un vrai combat"

Dominic Thiem s'est bien battu mais il s'est incliné en trois sets face à Rafael Nadal en finale de Roland-Garros (6-4, 6-3, 6-2). L'Autrichien a longtemps rivalisé dans le premier set, avant de concéder...

Thiem: "Un vrai combat"
Roger-Federer

Federer à Roland en 2019 ?

Absent du tournoi depuis 2015, Roger Federer assure qu'il a l'intention de jouer sur terre battue la saison prochaine, et donc de s'aligner à Roland-Garros. Mais le Suisse prévient: il viendra seulement...

Federer à Roland en 2019 ?
Serena-Williams

Nike prend la défense de Serena Williams

Alors que le président de la FFT, Bernard Giudicelli, a annoncé que Roland-Garros interdirait à l'avenir des tenues telles que celle que portait cette année Serena Williams, l'équipementier américain est...

Nike prend la défense de Serena Williams
Toutes les images

Roland en images

Nadal

Les 11 sacres de Rafael Nadal en images

cover-portfolio-records-rg

Les records de Roland-Garros en images

Roland-Garros-Bache

Tempête sur Roland

monfils-home

Les Français encore en lice

Kuerten

Les pires looks de Roland-Garros

Marion-Bartoli

La métamorphose physique de Marion Bartoli

looks-RG16

C'est quoi ce look ?

Roland-Garros

Les premiers moments forts de Roland-Garros 2016

Djokovic

Ils vont animer Roland-Garros

Collage-RG15

Six Bleus en huitièmes !

Collage-grimaces

Quoi ma gueule ?

Collage-Roland

Les people à Roland !

Nadal
cover-portfolio-records-rg
Roland-Garros-Bache
monfils-home
Kuerten
Marion-Bartoli
looks-RG16
Roland-Garros
Djokovic
Collage-RG15
Collage-grimaces
Collage-Roland

Liens commerciaux

Publicité